EXODES  EN  1914  ET  1939 "VERDUN"

dbvrdn--Pour d'autres pages de notre website, rechercher (d)bac sans les ( )

Par Georges Ferlebon---Notre adresse Email>>>geoferlebon@hotmail.fr<<< cliquer pour contact direct.
Ami(e)s internautes---Ne manquez pas les chapitres 1 et 2--Merci à vous.

 Chapitre (1)   Exodes de populations suite à la déclaration de guerre du 3 septembre 1914

 UNE GRANDE VILLE : VERDUN   ( "La Grande Guerre" )

 Je vais vous parler d'un temps que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître.
Depuis des temps immémoriaux, les guerres ont toujours généré des exodes de populations qui fuient les combats par reflexe sécuritaire.Ce fût le cas en 1914 et en 1939.
 Je passerai rapidement sur l'exode de 1914.Ce sont nos grands parents et nos parents qui l'ont vécu et c'est grâce à la transmission orale que j'ai pu m'en faire une (trop petite) idée.
 Ce fût terrible en particulier pour les habitants de l'Est, Belges, Alsaciens et Lorrains.On fuyait les combats par tous les moyens, les plus favorisés avec un cheval ou un âne et une charette. On se sauvait par monts et par vaux, à travers les bois et les champs.Tout ce qui était carrossable était interdit aux civils, exclusivement reservé aux militaires, infanterie, blindés et artillerie.Comme l'Armée, les cohortes de réfugiés étaient mitraillées par les avions allemands quand il n'y avait pas, pour les abattre, un Capitaine Georges Guynemer (Héros devenu légendaire tombé en plein ciel de gloire le 11 septembre 1917 après 3 ans de guerre aérienne, pur symbole des qualités d'un grand soldat, ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime. Animé jusqu'au bout de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue à nous ses descendants un souvenir impérissable)
 Maintenant tous ces gens nous ont quittés, emportant avec eux leurs tristes souvenirs. Fuites éperdues, privations, malheurs, souffrances,chagrins, cimetières avec croix à perte de vue, mort prématurée d'un père, d'un frère, d'un mari,d'un fiancé,d'un ami, "Du sang, de la sueur et des larmes" ont été les maîtres mots de leurs existences.
 Nous avons envers eux un immense devoir de mémoire et une non moins grande dette de reconnaissance. Paix à leurs âmes.

VERDUN   Ville de garnison Ville de souffrances passées VILLE DE GLOIRE

          Je suis un enfant de Verdun, y ayant passé la plus grande partie de mon enfance.Avec mes grands parents,nous habitions le quartier Saint Victor, rue Ozomont,  juste à côté de l'église dédiée bien sûr à Saint Victor. A 10 ans, j'en suis certes parti et même très très loin, mais finalement,je ne l'ai jamais quitté.C'est dans mes gènes,je suis un Verdunois.
    Verdun est une ville de réputation universelle, auréolée de gloire, majestueuse avec ses remparts et ses fortifications, sa Tour Chaussée, son monument de la Victoire, sa cathédrale, la rue Mazel, ses quais, ses bords de Meuse, la Place de Londres, le Quartier Saint Victor et son église, les forts de Vaux et de Douaumont. L'Ossuaire , la Tranchée des Baionnettes et la triste consonnance attachée à ces mots.
 Ses forêts avoisinantes et ses bois ont été hachés menu dans les combats et la nature qui a repris ses droits recèle encore depuis plus de 90 ans, pour des siècles et certainement pour toujours, des dizaines de tonnes de munitions, balles, shrapnel's, éclats d'obus et obus non éclatés.
 Aussi avant de passer à l'exode de 1939, je voudrais mieux que l'allusion que j'en fais dans mon site, souligner le martyr enduré par les combattants de la première guerre mondiale en général et par ceux de la bataille de Verdun en particulier.
-- Qui demeure la plus longue mais surtout la plus effroyable bataille de toute l'histoire de toute l'humanité.
---Qui dura presque un an de février à décembre 1916.
-- Qui fit plus de 500.000 blessés et 300.000 morts et disparus dont un frère de ma mère, mon oncle René.Un autre de ses frères,mon oncle André, fût gazé et de ce fait décéda prématurément,bien avant l'âge de soixante ans.
 Le lot quotidien de nos "Poilus" fût la faim, le froid glacial, l'effroi, l'humidité et la boue des tranchées, les gaz de combats, les poux, les rats, la peste, le typhus...en un mot l'enfer sous un déluge d'acier,de fer et de feu, dans un torrent de larmes et de sang.
     
Je suis fort mécontent lorsque j'entends employer s'agissant de la bataille de Verdun le terme de "boucherie". Comme si nos soldats avaient été sacrifiés,envoyés à l'abattoir et découpés par un boucher comme des animaux.
  Ces gens qui utilisent "boucherie" et "abattoir"  des mots qui en l'occurence font horreur n'ont vraiment pas beaucoup de tact ni de délicatesse.Nous leur conseillons de se rendre à notre texte tdsv
     En fin d'année 1916, la reprise du Fort de Douaumont signifia la fin de la bataille, sans aucun résultat pour l'ennemi vaincu qui perdait tout le terrain conquis.Nos soldats l'avaient gagnée cette bataille de Verdun, mais à quel prix.Tout le territoire de notre pays était touché.
  Des monuments érigés à leur mémoire dans toutes les villes et jusque dans les plus petits villages de France,des milliers de rues et avenues de Verdun sont les témoins de leurs sacrifices et l'expression de notre reconnaissance éternelle.

VERDUN C'est le nom d'une ville qui,dans le monde entier, restera dans les mémoires individuelles et collectives.
                                                               AD VITAM ETERNAM

                             

Chapitre 2    Exode qui a suivi la déclaration de guerre du 3 septembre 1939

 Il s'agit de cette triste période dite "La drôle de guerre" du 3 septembre 1939 au 22 juin 1940.Nos ennemis d'alors, avec lesquels nous venions, en soixante dix ans de mener deux guerres meurtrières (dont la dernière, celle de 14-18, victorieuse pour notre pays) prenaient leur revanche et sur la route de Paris enfonçaient tout sur leur passage.C'était la débâcle de notre armée et, le 22 juin 1940, la signature de l'armistice.
 Grâce au Maréchal Philippe Petain qui a arrêté la casse et essuyé les plâtres de la défaite, la guerre était stoppée, des milliers de vies humaines étaient épargnées, la France et Paris se trouvaient préservés de toutes destructions supplémentaires.
      C'est ainsi que,toujours grâce au Maréchal, notre famille en exode à partir de septembre 1939 et géographiquement dispersé---en deux groupes-un de cinq à Draveil-Champrosay puis à Andon-Thorenc et un de quatre à Castelnaudary--- se trouvait en juin 1940 de nouveau réunie. Voir à ce sujet (Draveil-Champrosay Thorenc et Castelnaudary) chapitres 4 et 5 ci-dessous.
      NOTA Ce qui précède s'agissant de Mr le Maréchal Pétain ne concerne que son action en 1939 et 1940 c'est-à-dire la période noble de sa vie. Ce qui s'est passé après jusqu'à la libération n'a rien à voir avec l'objet de notre exposé qui concerne uniquement "'Exodes en 1939" et bien sûr les retours d'exodes et le rapatriement de nos prisonniers de guerre, à partir du 8 mai 1945.
  S'agissant de ces derniers,aussitôt après l'armistice, les plus grands cinémas de Paris en particulier le "Rex" des Grands Boulevard et le "Gaumont" de la place Clichy (devenu depuis un grand hôtel !).....furent réquisitionnés pour les accueillir avec le maximum de chaleur. La France retrouvait ses Anciens Combattants,ses enfants qui venaient de passer cinq années coupés de leur Patrie et de leurs familles sans aucune possibilité de communiquer avec elles.
 La plupart ont vécu en "stalag" dans des conditions épouvantables, en particulier ceux qui ont été détenus dans l'ex Prusse Orientale. J'en ai connu qui revenaient avec des "chaussettes russes", leur capote (manteau militaire dont les deux pans avant pouvaient se replier pour faciliter la progression) de 1939 usée jusqu'à la corde et qui portaient encore l'inscription au dos "Kg" (kriegsgefangene--qui ne savaient même plus ce que c'était que de l'eau courante, de l'eau potable.  Ces soldats qui furent fait prisonniers pendant la drôle de guerre, entre septembre 1939 et juin1940, ne retrouvèrent leur pays,leur famille qu'à partir de mai 1945.
  Plus de cinq années de souffrances physiques et morales dans des semi camps de la mort, les 'stalags' et les 'offlags'. Après une aussi longue absence,ils éprouvèrent les pires difficultés à se réadapter à une vie normale. Il en fût qui n'y arrivèrent jamais.
 Ces soldats revenaient dans leur pays marqués au fer rouge pour le reste de leur vie.Comme de grands handicapés,il leur fallait se rééduquer,repartir de zéro,tout réapprendre.Certains ne retrouvèrent plus leur épouse.
  Madame,Monsieur, après la description de tels malheurs, essayez un peu de relativiser l'importance de vos petits soucis quotidiens.

 

Chapitre 3   Exode qui a suivi la déclaration de guerre du 3 septembre 1939

-((repère-sdf))--Souvenirs d'enfance--A la déclaration de la 2ème guerre mondiale et instruits par leur propre expérience de la 1ère, nos parents se sont aussitôt souciés d'éloigner leurs enfants de la Capitale.
 Les religieuses de la rue Charles Graindorge à Bagnolet connaissaient bien notre famille.Elles y trouvaient matière à assouvir leur vocation à se dévouer envers ceux qui en avaient le plus besoin.Ce sont elles, par exemple, qui pour la naissance de la dernière de mes quatre soeurs (Josette) sont venues chez nous (Cité du Souvenir 92 avenue Gambetta, 4ème étage, porte droite) suppléer l'absence de la Maman. Nous nous régalions alors de ce bon "pain perdu" qu'elles nous confectionnaient.
 C'est par elles que mes parents ont appris l'existence d'une congrégation, les religieuses de "Marie Auxiliatrice", (25 rue Maubeuge à Paris 9ème où elle sont toujours) qui précisément s'occupaient d'éloigner des combats les enfants des grandes villes. C'est grâce à ces dernières que nous avons quitté la capitale et que nous sommes partis en exode.


Chapitre 4   CHAMPROSAY (Commune de Draveil)

Un immense et spendide domaine limitrophe de la forêt de SENART

 Vite fait, vite conclu dans un premier temps pour Champrosay, puis pour Thorenc et pour 5 des 7 enfants Lebon.L'ainée n'en fit pas partie car elle n'était plus une enfant stricto sensu mais une jeune fille.La cadette resta aussi avec ses parents pour la raison exactement inverse : Elle était trop jeune.Agée de un an, elle requérait encore des soins particuliers, presque comme un bébé.Aucune des deux n'était admissible dans une colonie d'enfants.
 Nos deux soeurs ne perdirent pas au change car dans un deuxième temps, avec nos parents, elles aussi furent recueillies par les religieuses de Marie Auxiliatrice. Mais dans leur domaine sis 13 rue du Collège à Castelnaudary (La ville de la fondation de la Congrégation par Marie Therese de Soubiran en 1860)
 Notre famille se trouvait scindée en deux, quatre d'un côté, cinq de l'autre.Mais ces deux parties étaient reliées par le "PONT MARIE AUXILIATRICE" trait d'union joignant Castelnaudary à Thorenc.De la sorte, nos parents avec deux de leurs enfants eurent en permanence des nouvelles des cinq autres.
 Ils restèrent à Castelnaudary jusqu'à la fin des hostilités.
 La cadet des garçons est né à Paris .Il fut conçu à Castelnaudary.
 Pour les cinq élus qui allaient rapidement devenir des heureux élus, l'exode se déroula en deux temps :
1°/ Une période de transit en périphérie Sud Est de la région parisienne.
2°/ Une période définitive dans un des plus beaux sites de la Provence.
 C'est ainsi que fin septembre, nous étions tous les cinq emmenés à Draveil en Essonne, lieudit Champrosay, Préventorium du Minoret (qui existe toujours).
 Nous avons fait à Champrosay un séjour idyllique.Le domaine du Minoret est somptueux avec des bâtiments modernes, une splendide chapelle, immense (10 hectares) avec parc, jardins, arbres magnifiques, cèdres centenaires.
  Rien que dans la propriété, il y avait suffisamment de place pour permettre à des enfants de jouer et de s'ébattre.Et bien en plus, le domaine était situé en lisière de la forêt de Sénart avec laquelle il communiquait directement par une porte dérobée.
 Cette proximité immédiate nous permettait de faire de belles promenades en forêt.Nous faisions des rondes autour d'un chêne multi centenaire (650 ans), "Le chêne d'Antin" du nom du Duc d'Antin, chargé des lieux pour le roi Louis XV qui s'y adonnait à sa passion favorite, la chasse.C'est là que Louis XV connut celle qui allait devenir Madame la Marquise de Pompadour.
 Le chêne d'Antin avait à cette époque une somptueuse ramure.Il était connu comme la merveille de la forêt de Sénart.Lorsque nous l'avons connu, donc en 1939, il avait encore beaucoup de branches vivantes mais son tronc s'était creusé.Il ne vivait plus que par sa périphérie.Après 1939, le creux de son tronc s'est accentué au fil des décennies.La tempète du 24 décembre 1999 et une violente tornade en août 2000 lui arrachèrent ses dernières branches et lui ont certainement assigné sa fin définitive.
  Analogie-humour : J'ai personnellement encore quelques branches vivantes, mais je les vois diminuer et s'étioler, non pas hélas au fil des décennies comme le chêne d'Antin, mais au fil des années, voire au fil des mois.

 Nos parents dans la hâte n'avaient pas eu le temps de nous confectionner un trousseau.Et bien ce sont les religieuses qui s'en sont chargées.Elles nous ont habillés de pied en cap avec des vêtements tout neufs et des sous vêtements...que n'auraient pas désavoués Marks et Spencer (voir photo ci après)
 Est-il utile d'ajouter que les religieuses se sont à la perfection souciées de notre santé et de notre éducation civique et religieuse.
Notre (trop court) séjour à Dravail-Champrosay,Domaine du Minoret, chez les religieuses de Marie Auxiliatrice fut une réussite à tous points de vues.

.

Chapitre 5   THORENC     (Commune d'Andon)

Une station des Alpes Maritimes nichée dans la montagne au dessus de Grasse

La deuxième et dernière phase de notre exode a commencé par un grand départ en train,gare de Lyon,à destination des Alpes Maritimes.A la ligne de démarcation, à Lyon, il y eut un incident avec l'occupant car nous avions avec nous un noir et un juif qui grâce à des tractations entre la gestapo et nos religieuses sont finalement restés avec nous.
A Grasse, un autocar nous a amenés à notre destination finale, l'hôtel des Alpes à THORENC, (commune d'Andon), 1250 mètres d'altitude.Nous y sommes arrivés de nuit juste pour dîner et prendre possession de nos chambres.
J'indique tout de suite qu'avec les religieuses, les filles se trouvèrent d'emblée en tous points séparées des garçons.Aussi je ne sais pas très bien la vie qu'elles ont menée à Thorenc ni le souvenir qu'elles en ont gardé si tant est qu'elles s'en souviennent ( Eliane 7 ans et 6 ans Colette)
La chambre qui nous fut attribuée (aux trois garçons) était au 2ème étage, juste en face de l'escalier.Elle comportait 6 couchages, 4 lits aux quatre coins, deux chaises longues au milieu et un lavabo.Avec nous il y avait un noir, Henry Duverly, que certain d'entre nous ont revu par la suite à Paris.La nuit, il se couvrait subrepticement les cheveux (crépus) d'une sorte de bas, ce qui attisait notre curiosité.
     Notre chambre donnait  plein Sud par deux grandes porte-fenêtres avec balcons, sur un splendide panorama de montagnes.Pas très loin, il y avait le "Castellaras" où nous devions aller souvent.A droite, le Pic du Midi couvert de neige.Sous nos yeux, une grande cour avec deux esplanades de plein air pour les jeux et les récréations, celle de gauche pour les filles et celle de droite pour les garçons.Du hall d'entrée, on y accédait par un double escalier de pierre.L'un ou l'une d'entre nous détient la seule photo de Thorenc où, justement sur cet escalier, celui qui mène à la cour des garçons, nous sommes réunis tous les cinq, chacun sur une marche différente.
 Sur cette photo dont je possède une copie, pâle pour cause de reproductions successives, il y a l'illustration de ce dont je parle plus haut au sujet du trousseau et des uniformes que les soeurs nous avaient confectionnés à Champrosay.(Les deux filles, vous y êtes très bien.Les cols blancs sont du plus bel effet)

 Thorenc Thorenc Sur les escaliers qui mènent à le cour de récréation ... 'des garçons' Il y avait le même pour les filles.
Assurément, la photo montre que ce fut une réussite.Nous étions tous très beaux, très bien soignés et très bien éduqués.(Une des deux filles est coiffée "en chien" comme Mireille Mathieu).
 En continuant tout droit, on arrivait à un autre escalier, en rondins celui là, qui menait au ravin jusqu'à un grillage qui clôturait la propriété.
 Le réfectoire était l'ancienne et somptueuse salle à manger de l'hôtel avec grandes tentures, bois vernis, nappes blanches comme neige, une nourriture saine et abondante.C'était beaucoup de luxe pour les petits poulbots de banlieue que nous étions.
 Les soeurs avaient aménagé une chapelle en sous sol, juste au dessous du hall d'entrée.Nous assistions à des offices mais dans une juste mesure.Les soeurs nous éduquaient certes religieusement, mais elles laissaient leur place tout aussi juste à l'éducation civique et à l'instruction générale.
 Car nous allions à l'école du village, une école de campagne s'il en fût.Une seule classe et une seule institutrice pour tous les garçons, quelque soit leur âge. Pour les filles, c'était pareil, une seule classe pour elles toutes.
 René en fin d'année partit à Saint Vallier passer son certificat d'études qu'il réussit brillamment ce qui lui valut de chaleureuses félicitations des religieuses et une invitation (avec moi) chez Monsieur le Maire.Il est vrai qu'à cette époque le fameux "certif" était un diplome important dans les catégories sociales auxquelles nous appartenions ; certainement plus difficile à décrocher que le baccalauréat contemporain.
 Bref, le tout nouveau diplomé fût pendant quelques jours la grande vedette de notre petite communauté. Il eut aussi à cette occasion le privilège d'être le seul de nous tous et pendant toute la durée de notre séjour à s'échapper de Thorenc.
 Vint le Général Hiver et ses abondantes chutes de neige.Ce fut un régal pour les enfants.Le chasse neige passait tous les matins pour nous permettre d'aller à l'école.Il formait sur les côtés des montagnes de neige dans lesquelles nous plongions avec délices.
 A la bellee saison, nous partions en promenade, soit avec la docteresse Du Bellay qui veillait sur notre santé physique ; soit avec Monsieur l'abbé Finot qui lui veillait sur notre santé morale et religieuse.L'abbé Finot était le curé de Thorenc et il nous est arrivé sur sa demande d'aller à l'église pour, avec une corde, sonner l'Angélus.
 Plusieurs fois nous sommes allés au Castellaras, vieux vestige au sommet d'une colline, où un jour, dans une niche, nous exposâmes une statue de Vierge Marie.L'ascension du Pic de l'Aigle par le col de Bleyne nous occupa une journée entière.Dans une caverne nous avions découvert un nid de rapaces (aigle ou épervier).

 Notre grande passion, inconscience de la jeunesse, était la chasse avec lance-pierres et le dénichage des oiseaux (mésanges, merles, tourterelles). "Nono", de son vrai nom Noël Chevaudonnat,notre leader, était un excellent garçon mais au caractère indépendant.Banlieusard livré à la rue dès sa plus tendre enfance, il supportait mal la discipline des soeurs, pourtant pas très dure et même plutôt douce.Sous son égide, nous nous sauvions parfois très loin pour nos âges.Nono alors dans la nature, livré à lui même, chassait, montait aux arbres et sautait d'une branche à l'autre à la manière de Tarzan.
 Avec quelques copains dont Jean Bonnaire, Paimpaux et quelques autres dont bien sûr Nono, nous avions formé une équipe à part, un tantinet frondeuse, ""La bande des durs"" ! --Sûrement persuadés que nous étions vraiment des durs...à la tâche, à subir la discipline des soeurs... bref, des durs comme il en existe dans nos banlieues, des caids comme on dit maintenant. Mais sous cet angle, je peux assurer que "Nono" était bien loin du compte.
  Rétrospectivement, je pense qu'il s'agissait certes de durs, d'accord, mais de durs.....à se lever le matin, à faire leurs devoirs et à apprendre leurs leçons (sic)
  "La Bande des Durs" avait un quartier général, en l'occurence une cabane dans un arbre du ravin, ma foi fort bien construite.On y accédait par rétablissements successifs en évitant quelques branches, à dessein sciées aux trois quarts sur lesquelles devait se casser la figure tout intrus cherchant à pénétrer frauduleusement dans notre "Q.G." .
  Or il arriva ce qui devait fatalement arriver : Notre bande fut démasquée comme furent découverts notre "Q.G. aérien", et "La Raison Sociale" ! de notre "Entreprise".
 Dans notre petite communauté, ce fut un tollé général de protestations parmi les soeurs et les surveillantes.Le scandale avait éclaté.
-"On n'aurait jamais cru cela de moi" ! (Car on pensait déceler en moi une vocation de prêtre ! alors vous pensez bien, ça n'allait pas ensemble)
Il s'en suivit une reprise en mains et une recrudescence de notre surveillance (Mais sans plus, rire)
Les pseudo "durs" furent ramollis. Et la fameuse cabane des arbres du ravin fut démontée par Djino et sciée pour finir, Tristesse de Chopin, en vulgaire bois de chauffage.

 Djino était l'homme à tout faire des religieuses, en particulier de soeur Marie Gaston la soeur chargée du fonctionnement matériel et de l'entretien de la propriété.Il lui arrivait (à Djino) d'emmener les plus grands d'entre nous dans la forêt pour l'aider à abattre des sapins et à les découper à l'aide d'un passe-partout, une scie toute en longueur qui pour être manoeuvrée nécessite deux personnes.
  Il y avait aussi la saison et la cueillette des fraises et tout un tas d'autres occasions qui ont fait que, pour ma part, J'AI RAPPORTE DE MON SEJOUR d'une année A THORENC---une bien plaisante station de montagnes des Alpes Méditerranéennes, nichée dans les sapins, blottie dans l'arrière pays grassois UN SOUVENIR INOUBLIABLE. Lorsque l'occasion s'en présente, j'y reviens en pélerinage, toujours avec beaucoup de nostalgie.
  J'ajoute un immense sentiment de reconnaissance envers nos si dévouées Religieuses et nos si gentilles Surveillantes.Paix à leurs âmes car si elles nous ont toutes quittés pour très probablement et directement aller au Paradis qu'elles ont tellement bien mérité...elles resteront toujours avec nous, à jamais présentes dans nos mémoires.
             Ah si tous les enfants du monde avaient été aussi heureux que nous l'avons été (douce chimère)
   TRISTESSE : L'Armistice signé le 22 juin 1940 mettait fin aux hostilités.Il signifiait aussi pour notre petite colonie alpine la fin d'un long séjour dans un Eldorado et le retour un peu triste à la vie parisienne.
Mais oui dans la vie--il y a toujours un début--et une fin--pour tout--pour les bonnes choses--comme pour les moins bonnes.
                     
"C'est le cas de le dire" dixit Alphonse Daudet via Pérote dans "Le petit chose". (Un des livres qui m'ont fait pleurer).


Georges F.Lebon ((geoferlebon(gflb) en informatique))--Notre Email geoferlebon@hotmail.fr

vers le 1er mars 2016 : verdun.mairie@free.fr 
Bonjour Monsieur le Maire-A l’aimable attention du service historique de la ville de Verdun--Bonjour Madame, bonjour Monsieur,
Il me serait agréable que soit publié dans la revue de votre ville-ou dans la presse lorraine-ce que sur la ville de Verdun j’ai publié dans mon site internet
  www.geoferlebon.com/verdun  Attention uniquement les chapitres 1 et 2. Les autres tout en étant de très bonne tenue sont plutôt personnels.
N.B. J’ai 89 ans, j’habite à Charenton le Pont, limitrophe du bois de Vincennes. J’ai été dix ans un enfant du quartier Saint Victor (21 rue sur l’Eau et 9 rue Ozomont. J’ai été à l’école maternelle de la rue des Bateliers puis à l’école des Frères de la rue Saint Victor)
Un de mes oncles René Appert est mort pour la France à 20 ans. Disparu, il ne peut avoir de tombe qu’à Paris sous l’Arc de Triomphe ou dans le mémorial de votre ville dédié aux soldats inconnus. J’ai également un autre oncle André Hauvuy qui-gazé à la guerre-est décédé prématurément (59 ans). Un de ses fils mon cousin Pierre Hauvuy est mort pour la France à 21 ans. ((Au Viet Nam Nord (le Tonkin à l’époque de la France) son véhicule a sauté sur une mine)) Un autre de ses fils Paul Hauvuy 83 ans habite à ce jour en haut et à gauche de l’avenue d’Alsace Lorraine le pavillon construit par ses parents (carrefour avec l’avenue des Eparges et la route de Bévaux-en face d’une brasserie) . Jean Haling-un oncle également-était entrepreneur en électricité et il a passé beaucoup de marchés avec la ville de Verdun. etc...etc...
Que tout cela est ancien !!! Par exemple, qui pourrait maintenant-s’agissant du quartier Saint Victor de l’époque-parler avec moi du ‘’Mété’’ et de la ‘’Chéchette’’ ? Probablement personne.
Veuillez agréer Mr le Maire,Madame,Monsieur-l’expression de ma respectueuse considération-ainsi que celle de mon fidèle attachement à la ville de Verdun.  G.Lebon geoferlebon@hotmail.fr ainsi que geoferlebon@aol.com.---- ((fnverdun)) par Georges F. Lebon (gflb)

==========F I N   DE  NOTRE  TEXTE   ""EXODES   EN   1914   ET   1939""============

Quelques plus ''hors sujet'' :
(repère-psp) --- gflb Sacré gflb -- il n'est pas toujours -- il ne dit pas toujours -- il ne fait pas toujours -- comme ''tout le monde'' !!! --- Et il en est fier. Même si ça ennuie les gens --- Celui que cela dérange, ma foi tant pis pour lui -- Il ne fait par ailleurs que renforcer notre position et nous le remercions d'apporter de l'eau à notre moulin.
_Ce qui suit est universel, a toujours existé -- existera toujours : ça rend les gens jaloux et même parfois méchants quand on n'est pas comme eux -- quand on ne dit pas comme eux -- quand on ne fait pas comme eux -- ((Dixit Georges Brassens : ""Non les braves gens n'aiment pas que - l'on suive une autre route qu'eux""))--
_Quand on a des avantages qu'ils n'ont pas --
Quand ils estiment (à tort ou à raison) que dans la vie on a mieux réussi qu'eux.
_ Sous cette horrible inspiration de
la jalousie haineuse et morbide, cela peut aller très loin :
Affaire de l'assassinat du petit Grégory Villemin 'quatre ans' !!!! (1984) - jeté dans une rivière, entravé, pieds et poings liés ! Mais pourquoi donc un tel crime aussi horrible ? Réponse : Parce que ses parents formaient un couple harmonieux, le père à son travail venait de passer chef d'équipe - Ils avaient un beau petit garçon - Ils étaient très beaux tous les trois -
Ils venaient d'acheter un salon en cuir !!! ---- (A l'enterrement du petit garçon, sa mère s'est évanouie et son père a juré de tuer celui qui a assassiné son enfant. (qui c'est sûr assistait aux obséques)...((Le père a tenu parole. Il a rendu et fait justice lui-même (1985))
Affaire du massacre de la famille Troadec (deux enfants et leurs parent)s ! Ils avaient bien réussi leur vie, prenaient leurs vacances sur la Côte d'Azur, étaient fiers de le faire savoir à leur famille sans (à juste titre) réaliser que ces cartes postales qu'ils envoyaient étaient considérées comme de la provocation.((Par des gens que le tact, la délicatesse et la décense ne me permettent pas de qualifier))
Dans cet ordre d'idée se rendre également à :

---www.geoferlebon.com/viehdc(recits) personnel - ((Une vie hors du commun - Une existence différente .....aller à
(repère vvd))
__ Par Georges F.Lebon -- geoferlebon en informatique -- également auteur de (entr'autres) :

--- www.geoferlebon.com personnel -- ((Présentation générale de notre site)).
--- www.geoferlebon.com/optimisme >>>>> pour une seconde vie encore plus belle que la première
- éternelle cette fois. Comme nous entrez dans l'immortalité.
--- www.geoferlebon.com/cai >>>>>à nos chers amis internautes.
--- www.geoferlebon.com/npage cent pour cent personnel - ((Nos principaux anniversaires et grands événements)).
--- www.geoferlebon.com/unpeudetout >>>>>Un peu de tout de toutes les couleurs - pour tous les goûts - De la variété, de la fantaisie.
--- www.geoferlebon.com/ndd semi-personnel - (Noces de diamant).
---www.geoferlebon.com/lafetedesmeres
-- Les mamans à l'honneur. Amour, tendresse, amitié, chaleur, sympathie, convivialité, gratitude...il y a tout cela dans notre site - Un langage du coeur et de la joie de vivre dédié aux Mamans dont c'est la fête chaque dernier dimanche de mai -- Merci de votre attention - Cordialement - Georges F.Lebon -dimanche 28 mai 2017 >>>>>Ne manquez pas Nos belles histoires de Mamans.
---www.geoferlebon.com/tdsv >>>>>Tact délicatesse savoir-vivre ou "Comment ne se faire que des amis"".
--- www.geoferlebon.com/propenvi >>>>>Propreté environnementale. On ramène tous ses déchets chez soi. On va même plus loin, on ramasse
--- www.geoferlebon.com/ugem personnel -- ((Une grande émotion sous le patronage de Notre Dame de la Garde qui veille sur Marseille et protège les Marseillais)).
--- www.geoferlebon.com/circrout >>>>>Pour une route plus humaine. Stop à l'avertisseur sonore, à l'appel de phares.et au ralentisement
- punitifs !
--- www.geoferlebon.com/appartementCLP -très personnel - ((Présentation de notre propriété de Charenton - en textes et en images - à l'attention des futurs acheteurs)).
--- www.geoferlebon.com/montsaintmichel >>>>>Le Mont Saint Michel ''La Perle de l'Occident''.
--- www.geoferlebon.com/50ans personnel - ((Un saut dans la nuit (rien à voir avec l'autre ''saut'' du repère bhtg de ce même texte >>>50ans))
--- www.geoferlebon.com/cnoel. >>>>>Ne manquez pas Nos belles histoires de Noël + des photos de crèches, d'églises, de vitrines (de Noël) des plus grands magasins du Paris boulevard Haussmann.
--- www.geoferlebon.com/verdun personnel - ((Souvenirs d'enfance
)).
--- www.geoferlebon.com/volkswagen
personnel - De la vie en plein air. trois mille journées/nuitées en hôtellerie de plein air ou en camping dit 'sauvage' (= ''stationnement un peu partout'') -- en Europe et en Amérique, au bord de la mer, en (haute) montagne, à la campagne, dans les villes jusque dans les centre-villes -- successivement sous la tente, en caravane, en camping-car et (nec plus ultra) en motorhome.
--- www.geoflerlebon.com/qrc qrcode.
--- www.geoferlebon.com/zanalo personnel - ((Analogie avec le ''Palais du Facteur Cheval''))
--- www.geoferlebon.com/dervo Très personnel sauf repères cp4 (suprstitions)et cmtr (cimetières) ------ etc... etc... ((il y a aussi :
--- www.geoferlebon.com/special hyper-personnel - ((celui là, nous recommandons vivement de ne pas s'y rendre --- ou alors c'est à vos risques et périls et nous refusons d'en prendre la responsabilité --- Si vraiment vous persistez, il est important de lire le préambule >>>
Priorité à l'humour - car c'est bien d'humour dont il s'agit ...exclusivement. ---FIN----
===================================
===================================
=============================
((lpvc))----Venez donc avec nous faire un 'survol-promenade' sur la Provence (notre région de naissance) et revisiter sa lumière,son ciel bleu et ses paysages de rêve.- ''La Provence'' ! Son arrière-pays avec à la fois la mer, la campagne et la montagne--Ses alpages en été, ses pentes neigeuse en hiver, ses neiges éternelles-----------Sa "Côte d'Azur'' connue du monde entier - ses cigales, ses couleurs, sa lavande, ses marchés colorés, les santons, son soleil plus de 300 jours par an -- Aix en Provence, la ville de Cézanne, ses musées, ses ''Joueurs de cartes''--Sa grande richesse artistique et intellectuelle, sa gastronomie (les calissons) - Le Cour Mirabeau, son extraordinaire animation-ses fontaines moussues--La place de la Coupole, ses douze lions, la grande soeur d'Aix-l'imposante Montagne Sainte-Victoire, massive (1011 mètres)----Salon-de-Provence-(où j'ai été élève interne à l'Ecole de l'Air- (aller à www.geoferlebon.com/50ans repères bht -- la ville de Nostradamus, sa fontaine moussue, son Val de Cuech--Alleins-Pélissanne-----Marseille, sa culture, sa joie de vivre, la faconde de ses habitants,sa haute gastronomie (La bouillabaisse)--Notre-Dame-de la Garde (La Bonne Mère) qui veille sur Marseille et protège les Marseillais-aller à www.geoferlebon.com/ugem---la cathédrale Sainte-Marie, les Catalans,les plages du Prado, la Canebière immortalisée pas Vincent Scotto--le Vieux-Port,son miroir-ombrelle géant, ses embarcadères pour 'les Calanques'---pour l'île du Chateau d'If, vers les (trois autres) îles de l'archipel du Frioul--Le Fort Saint-Nicolas-Le Mucem (Le musée des cultures de l'Europe et de la Méditerranée) relié par une passerelle piétonnière au Fort-Saint-Jean--le si réputé 'Stade Vélodrome' - L'Olympique de Marseille (l'OM)----le quartier du Panier, le Palais Longchamp, le Parc Borely, l'Abbaye Saint-Victor----De nombreux autres musées ----Toulon, surplombé par le Mont Faron-sa rade, son arsenal et sa presqu'île de Saint-Mandrier---etc...etc...........des sites aussi beaux, de telles vues à couper le souffle--il y en a comme cela jusqu'à Menton--Via Hyères, Cavalaire, Sainte-Maxime, Saint-Tropez, Fréjus, Saint-Raphael,Valescure, Boulouris, Agay-Roches Rouges, Anthéor,Le Trayas,Théoule, Miramar, L'Estérel,Les Adrets,Mandelieu,La-Napoule, Cannes la Bocca, Grasse, Cannes, Vallauris, Golfe-Juan, Juan-les-Pins, ANTIBES, son Front de mer étroit,sinueux et vertigineux, son Fort Carré,massif, sa vieille ville, son port de plaisance gigantesque et prestigieux - Villeneuve-Loubet-son charmant village, Cros-de-Cagnes,son Hippodrome, Cagnes-sur-Mer--((sa vieille ville, son Chemin des Rosiers !!!))-- Saint-Laurent-du-Var, Nice, Villefranche sur Mer, Saint-Jean-Cap-Ferrat, Beaulieu-sur-Mer, Eze-sur-Mer, Cap-d'Ail, Monaco, Monte-Carlo, Beausoleil, Roquebrune-Cap-Martin, Menton-(sa grande fête du citron en février)-ville frontière avec l'Italie. _Toute ces villes nous les avons parcourues et pour la plupart d'entr'elles-((25 au total (sans compter les hôtels))-nous y avons séjourné (en hôtellerie de plein air), bien souvent habité -- Fin (abrégée) d'un survol-promenade sur ''La Provence'' et La Côte d'Azur -- Par Georges F. Lebon (gflb) ---FIN---
+++++++ EN PROVENCE-MON EPOUSE ET MOI-NOUS SOMMES CHEZ NOUS++++FIN++++

((fndverdunfngverdun))
=====================================================
=====================================================
=====================================================
((dbacsansphotosdbsasansphotos))============================
ACCUEIL -- Amis internautes, Vous allez (vous venez de) prendre connaissance de l'une des ''pages'' de notre website dont les titres figurent ci-dessous - soulignés en bleu.
Vous avez ainsi la possibilité d'accéder à une autre page de votre choix -- CLIQUEZ la -- Son titre apparaîtra EN LETTRES CAPITALES ET EN NOIR -- SINON PRENDRE L'ASCENSEUR (beaucoup pour les smartphones)
LES TROIS TEXTES DE SOCIETE ci-dessous généraux et environnementaux sont :
1/ Utiles et civiques. Intangibles, ils doivent nous guider dans notre vie de tous les jours.
2/ Evolutif  : Pour cette raison, nous vous demandons votre avis, vos suggestions et même vos critiques, constructives de préférence ; mais même désobligeantes, après tout pourquoi pas. Cela peut éventuellement nous servir - Apportez de l'eau à notre moulin ce dont par avance nous vous remercions et dont nous vous accuserons récéption.
Ces trois importants textes ont pour but d'améliorer :
a/ La communication entre les hommes  :
TACT DELICATESSE SAVOIR-VIVRE  ou Code de bienséance. Son application 'in extenso' vous permettra de :
NE VOUS FAIRE QUE DES AMIS

CIRCULATION et SECURITE ROUTIERES  
 Pour une route plus humaine. Dans ce texte,nous dénonçons la TGV, la Trop Grande Vitesse ainsi que le ‘’klaxon’’, ‘’L’appel de phares’’ et le ''ralentissement punitif'' ... plus mille et une idées qui vont dans le sens de La SECURITE ROUTIERE et poursuivent un but philosophique permanent (traduit en l'alinéa de repère vvx)
PLUS LA VITESSE EST ELEVEE PLUS GRANDE EST LA DANGEROSITE suivant une règle plus qu'arithmétique, géométrique.

b/ Notre cadre de vie "--à l'intérieur de notre domicile,"Chez soi", il ne saurait y avoir de règles, on y fait ce que l'on veut, on y vit comme l'on veut - dans la mesure où l'on ne gêne pas 'ses voisins'. Notre si précieuse "Liberté" est relative car elle s'arrête à partir du moment où elle empiète sur celle des autres.
C'est moins valable 'à l'extérieur', dans son automobile, où certes l'on est chez soi, mais où, en circulation routière, LA VIE de 'ses voisins' est en jeu. Alors là, la liberté ne doit plus (du tout) exister.
PROPRETE  ENVIRONNEMENTALE - il s'agit du :  Respect de la nature et de la cité.
  En résumé : on ramène ses déchets chez soi ''tous ses déchets'' -''Y COMPRIS LES PLUS PETITS'' On va même plus loin : ON RAMASSE
LES TROIS TEXTES (ci-dessus) ONT VOCATION à LA PERENNITE
Les pages ci-dessous sont également "tous publics''   
La fête des mères--S'y rendre le dernier dimanche de mai - Cinq belles histoires dont l'une est est un peu triste (+ une avec la GPA et une autre avec la PMA).
Optimisme - Pour une seconde vie au moins aussi belle que la première'' ..... éternelle cette fois - Comme nous, entrez dans l'immortalité. ((Nous avons l'appui d'un polytechnicien et d'un membre de l'Académie Française))
La fête de Noël - Un des joyaux de notre culture. Savourez nos merveilleux contes de Noël
.
Un peu de tout - De la variété - De la fantaisie  vous enrichira et vous distraira. Son titre est suffisamment éloquent. Il y en a de toutes les couleurs, pour tout le monde et pour tous les goûts - Des instructions sont données en débuts de textes pour les alinéas à ne pas manquer - et (pour certaines personnes) ceux à éviter -- Alinéas de repères ppb-ppc-ppn-ppf-ppk (un bruit odieux)-ppsa et ppsb (retournons à l’école) -- mms-nnno (un véritable ami) -- (semi-recommandé : mmh)
le Mont Saint Michel, la ''Perle de l'Occident relié au continent par une route depuis 1877- a été réinsularisé en 2015
Des pages suivantes, personnelles, c'est surtout de la page :
Une vie Hors Du Commun agrémentée d'images que ressort le caractère
exceptionnel de cette vie originale qui a été la nôtre pendant plus de cinquante ans. Se rendre à repères maf-ttti-tyo-ttp-tttt-vvh-vvn-vvo --------  
Viennent ensuite :

Exodes en 1914 et 1939 (souvenirs d'enfance-Verdun) --Trois guerres dont deux vécues par votre serviteur : la grande, la première guerre mondiale (14-18) -- la ''drôle de guerre (39-40) -- la deuxème guerre mondiale (40-45)..
Des décennies de vacances et de séjours en plein air 3000 journées-nuitées sous la tente, en caravane, en camping-car, en fourgon aménagé et 'nec plus ultra' ... en motorhome.(En Europe et en Amérique).
Notre entrée dans les 90èmes années d'âge (légal) - Beaucoup d'humour au repère hsj2
Un saut dans la nuit - Il s'agit de notre pasage du statut de militaire à celui de civil, emprunt de beaucoup d'émotion. (Il ne s'agit pas du tout de quelqu'autre saut que ce soit)
Noces de diamant - bien qu'en partie personnel, cette page mérite d'être visitée par son humour, son originalité + des textes de vie + quelques lignes à l'attention exclusive de la gent masculine - Attention qui vont un peu loin--instructions données en débuts de texte. (Ne pas manquer frfc -- (Semi-recommandé : anvs)
Une grande émotion :
Nous rentrons en France après plus de trois ans d'absence ininterrompue de notre pays.
Nous avons réalisé des records
en particulier en matière de séjours hors d'Europe, de (grands) voyages, de bonnes actions etc ...
Dernières volontés
Cette page est semi-personnelle-et semi tous publics car avec des "Hors sujets" interessants (Instructions pour vous y rendre en début de texte)
Cimetières ; Les cimetières ((pour nous)) c'est l'horreur. (ne concerne pas les cimetières de nos soldats morts pour la France)
Analogie entre notre website et le Palais Idéal du Facteur Cheval. C'est le symbole de cette opiniâtreté dans le travail (qui vient à bout de tout) -- ''Labor omnia vincit improbus''
Hyper-personnels : Nos principaux anniversaires et grands événements -//- Une co-propriété à Charenton Le Pont - dans le Val de Marne, en Île de France
Bien moins sérieux ((1 % de notre travail)) mais toujours humoristique, exclusivement - Pour raison de tact et délicatesse nous n'en donnons pas la clef, comme ça, en direct. Mais (si vous le désirez) fouillez, piochez - ''ne laisser nulle place où la main ne passe et repasse'' .... et vous trouverez. -- De toutes façons ((fouillez,piochez,chercher)) il en restera toujours quelque chose. C'est grâce à Jean de la Fontaine qui nous savons cela.

(ppp) ((((( Personnes prudes, puritaines, nous vous respectons comme nous respectons votre sens de l'éthique et de la déontologie (aller à renvoi ''A''). Aussi nous vous déconseillons les alinéas ci-dessous- outrecuidants (mais attention,souvent dans le sens de la réalité de la vie) -- parfois hors-bienséance : Une vie Hors Du Commun alinéa de repère ttts (attention va très loin) -- Noces de diamant repères cqrd, crpb, atds>>> vont également très loin -- bgbd et lpmf vont assez loin ---- Un peu de tout ((repères ppx-mmb)) Ce repère, n'y allez surtout pas >>>wqa 
Renvoi ''A'' : Pas de paradoxe : nous sommes de votre bord)))))
DANS UN AVENIR QUE NOUS SOUHAITONS LE PLUS PROCHE POSSIBLE, REVENEZ VERS NOUS POUR DE NOUVEAUX HORIZONS D'ESPERANCE ET DE CONVIVIALITE CAR ...
 ... car chez nous rien n'est définitif. Pas de "ça s'arrête là"-Pas de "Point final"-- Nous nous remettons sans cesse en question. Les textes de notre website agrémentés d'images sont vivants conformes à notre devise empruntée à Boileau :
CENT FOIS SUR LE METIER REMETTEZ VOTRE OUVRAGE -- (pour faire alexandrins ajouter ''patience longueur de temps--mieux que force ni que rage'' <<<<<HYPER EXACT)
__AVEC NOUS sans qu'il vous en coûte un sou VIVEZ PLUS LONGTEMPS -TOUJOURS EN PLEINE FORME.

__AVEC NOUS DEVENEZ PLUS RICHE -- intellectuellement -- (peut-être même aussi économiquement)

(renvoi i) surtout les trois principaux, généraux et environnementaux -(Pour la rédaction desquels nous faisons appel à vous pour nous aider) - que nous nous efforçons de faire évoluer dans le bon sens afin de tendre vers le plus beau pour tout, vers le meilleur pour tous.

Notre site est comme un champ de céréales ; il y a le bon grain et l'ivraie. Le bon grain ! il y en a beaucoup. Comment pourrait-il en être autrement dans une tel océan de reflexions. De l'ivraie ! Bien sûr qu'il y en a ; car (et nous ne cesserons jamaisde le répéter) : Nous n'avons pas la prétention de détenir la vérité absolue ... qui au demeurant pour nous n'existe pas. Socrate : ''Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien'' relayé par Jean Gabin au déclin de sa vie ''On n'sait jamais-et ça j'le sais'' >>> ((Alors (rire) il faudrait 'savoir' !!))
Merci Madame, Monsieur - Bonne lecture de notre website et de nos pages internet sur lesquelles très souvent nous vous demandons votre aide.
AVEC L'EXPRESSION DE NOTRE VIVE SYMPATHIE--
G.Lebon ((geoferlebon (gflb) en informatique)) ----
Notre boîte courriel >>> geoferlebon@hotmail.fr ou geoferlebon@aol.com <<< à cliquer pour nous contacter en direct. ((N'hésitez surtout pas à nous adresser un commentaire))
ci dessous
QUELQUES IMAGES DE LA POLYNESIE pour le plaisir des yeux et (a)
tahi   tahi   tahi                 
 
Rangiroa------------------------------------------Tetiaroa--------------------------------------Moorea
                             
tahi   tahi   tahi    
Nuku Hiva-----------------------------------------------------Huahiné----------------------------------------------Tahiti

tahi   tahi   tahi
 Île de Raiatae ville d'Uturoa---------------------------------Tahaa----------------------------------------------Bora Bora
(a) (pour le plaisie des yeux) et pour des vacances de rêve ""''Sur la plage abandonnée --''Il y a le ciel le soleil et la mer""'' F.Deguelt 
Uturoa à gauche, l'agglomération principale de l'île de Raiatea, (Où nous avons vécu sept ans) et sa voisine l'île de Tahaa à droite, deux îles volcaniques enserrées dans un même lagon car entourées d'un même récif.  
Ci-dessus la Polynésie Francaise en décoration.
Le VERT de la palmeraie, le JAUNE  le ROUGE ou l'ORANGE d'un paréo savamment noué, Le BLEU CLAIR du ciel et Le BLEU MARINEde l'Océan, LE BLANC brillant argenté d'une belle plage de sable fin, le DORE éclatant du soleil se reflétant sur les tons dégradés du bleu TURQUOISE du lagon, le MARRON tourmenté de ce dernier lorsqu'il n'est pas de bonne humeur. Des îles, des atolls, des lagons, des récifs, un territoire aussi grand que toute le continent européen -- l'immensité du Pacifique
Encore plus que toutes les COULEURS l'arc en ciel réunies en une palette de rêve pour artiste peintre.
                C'EST TOUT CELA LA POLYNESIE FRANCAISE
======================================================
ta
------------------------------------------------------------------------------------------=----
 
=====================================================
FIN DE ACCUEIL===================================

sans photos============================================
((fnddacsansphotosfnddsasansphotos))========================

((fnddvrdnfnddverdun))=====================================
=====================================================